media-pret-immobilier-3-elements-a-verifier

Quelles sont les étapes de création d’une entreprise ?

Vous allez bientôt réaliser le projet de votre vie en rejoignant le monde de l’entrepreneuriat ? Vous souhaitez ainsi savoir comment créer une entreprise en France. Découvrez ici les différentes étapes de la création d’entreprise, quel que soit le secteur dans lequel vous voulez vous lancer.

Création d’entreprise : l’idée et les opportunités

La toute première étape de la création d’entreprise est la recherche de l’idée. Si vous voulez savoir comment créer une entreprise, vous devez comprendre que la création d’une entreprise nécessite une grande réflexion.

Avant toute chose, vous devez mûrir votre projet. Et pour ce faire, vous devez vous poser les bonnes questions. Quel est le secteur que vous voulez exploiter ? Avez-vous des talents que vous voulez exploiter ou bien avez-vous toujours eu une passion pour un domaine en particulier ? Vous allez pouvoir vous épanouir au mieux en choisissant un secteur qui vous passionne et dans lequel vous avez de l’expérience ou des savoir-faire particuliers.

L’idée d’entreprise peut également provenir d’une formation, de votre carrière ou d’un savoir-faire en particulier. La volonté de créer une entreprise peut également résulter d’une série de circonstances, ou simplement d’une intuition.

Une fois l’idée globale d’entreprise trouvée, vous devez maintenant vous pencher sur les opportunités d’entreprise. Le nom de votre entreprise, l’image ainsi que les types de produits ou de services proposés vont dépendre de ces opportunités. Vous devez définir votre clientèle cible pour adapter vos offres.

L’identification des opportunités d’entreprise nécessite de la curiosité. En effet, vous devez chercher de l’inspiration pour proposer des offres adaptées aux besoins de votre cible. Pensez, par exemple, à identifier les choses dont vous avez besoin au quotidien et les choses qui vous seraient bien utiles.

Les services ou les produits qui permettront de gagner du temps, de faire des économies et de profiter de plus de confort sont à privilégier.

creation entreprise

L’établissement d’un business plan

Pour réussir votre projet professionnel, vous devez établir un business plan. Mais avant cette étape cruciale, une étude de marché est indispensable pour vérifier la faisabilité et la viabilité de votre projet. Cela vous permettra également de connaître vos concurrents et d’appréhender les attentes des consommateurs.

Une fois l’étude de marché réalisée, vous pouvez entamer la rédaction d’un business plan, une étape essentielle de la création d’entreprise. En élaborant un business plan, vous devez étudier l’équilibre financier entre les dépenses et les recettes de votre future entreprise.

Le business plan va permettre de reprendre les différentes stratégies d’entreprise.

Il s’agit d’une étape essentielle qui permet de déterminer les chances de rentabilité de votre entreprise sur le court et le long terme. Une fois ce document réalisé, vous allez pouvoir savoir comment financer la création de votre entreprise ainsi que les objectifs à atteindre.

Le statut juridique de l’entreprise

Vous devez maintenant choisir le statut juridique de votre entreprise. Cette étape est essentielle, car votre choix va avoir un impact sur la création et la dissolution de l’entreprise. La gestion et les différentes opérations tout au long de la vie de l’entreprise (régime fiscal, modalités de création…) vont également dépendre de sa structure juridique.

Les principaux statuts juridiques d’entreprise

Lorsque vous souhaitez créer une structure, il est nécessaire de choisir entre une entreprise individuelle et une société commerciale.

Si vous voulez entreprendre seul, vous pouvez opter pour l’entreprise individuelle et l’auto-entreprise. Par contre, si vous voulez créer une société, vous avez le choix entre les différentes sociétés commerciales, dont la SARL et la SAS.

Les sociétés à responsabilité limitée

La SARL (société à responsabilité limitée) et l’EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) sont des structures qui se démarquent par le lien fort qui existe entre les associés.

Comme son nom l’indique, la responsabilité des associés sera limitée au montant de leur apport. En ce qui concerne le régime fiscal appliqué, la SARL est soumise à l’impôt sur les sociétés (IS) ou l’impôt sur le revenu (durant les cinq premières années). Pour l’EURL, le régime fiscal appliqué est l’IR. Comme pour la SARL, vous pouvez opter pour l’IS, mais attention, car pour une EURL, cette option sera irrévocable.

La SAS et la SASU

La SAS (Société par Actions Simplifiées) et la SASU (Société par Actions Simplifiées Unipersonnelle) se différencient par le nombre d’associés. Dans l’une comme dans l’autre, la responsabilité des associés est limitée au montant de leur apport dans la société. En ce qui concerne le régime fiscal, la SAS et la SASU sont soumises à l’IS, avec possibilité de choisir le régime de l’IR pour une durée de 5 ans maximum.

La création de l’entreprise

Les formalités en lien avec la création d’entreprise varient selon le statut juridique choisi. En effet, les démarches en vue de créer une entreprise individuelle sont plus souples que si vous optiez pour une société.

La création d’une auto-entreprise

Les formalités de création d’une micro-entreprise ou auto-entreprise sont assez simples. En effet, vous devez faire une déclaration d’activité auprès du Centre des formalités des entreprises (CFE) en remplissant le formulaire P0 auto-entrepreneur.

Vous devez joindre certaines pièces avec ce formulaire, à savoir :

  • un justificatif de domicile (délivré il y a moins de 3 mois),
  • une déclaration d’insaisissabilité,
  • une déclaration de non-condamnation.

Notez que le CFE où vous devez effectuer votre déclaration dépend de la nature de votre activité. Ainsi, si vous avez une activité commerciale, vous devez faire la déclaration auprès de la Chambre de commerce et de l’industrie (CCI). Par contre, si vous voulez exercer une activité artisanale, vous devez vous rendre auprès de la Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA). Enfin, pour une activité libérale, vous vous rendre auprès de l’URSSAF.

Les démarches pour la création d’une société commerciale

Pour créer une société commerciale, quel que soit son type, vous devez accomplir différentes formalités administratives et juridiques.

La rédaction des statuts

C’est une étape très importante de la création d’une société commerciale. En effet, la rédaction des statuts va définir les modalités d’encadrement et de fonctionnement de votre société. L’organisation de votre structure va également dépendre des statuts.

C’est lors de la rédaction des statuts que vous devez définir les modalités de désignation des dirigeants, le nombre de parts sociales ou encore les modalités de vote en assemblée générale.

La rédaction des statuts dépend de la forme juridique choisie. Ainsi, pour une SARL, par exemple, la rédaction des statuts sera plus encadrée par la loi que pour une société unipersonnelle.

Le dépôt du capital social

Pour créer votre société, vous devez constituer un capital social qui est formé par tous vos apports en numéraire. Une fois que les apports sont constitués, vous devez procéder au dépôt de capital dans un établissement bancaire, une caisse de dépôt ou un notaire.

Ce qui vous permettra de recevoir une attestation de dépôt de capital, un document nécessaire pour l’immatriculation de votre société.

L’annonce légale

L’annonce légale est une étape essentielle qui a pour but de faire connaître votre nouvelle société auprès des tiers. La publication dans un journal d’annonces légales de votre département est une obligation qui vous incombe. Après cette publication, vous allez recevoir une attestation de parution dans un journal d’annonces légales.

Le dépôt du dossier au greffe

La dernière étape de la création d’une société consiste à déposer le dossier auprès du greffe du Tribunal ou au CFE (Centre des formalités des entreprises).

Ce dossier comprend :

  • les statuts de la société,
  • un formulaire M0 signé et complété,
  • une attestation de parution dans un JAL,
  • une attestation de non-condamnation,

Enfin, une attestation de dépôt de capital est nécessaire pour finaliser la demande auprès du greffe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *