Tout savoir sur la prime d’assiduité : définition, conditions et calcul

​La pré​​sence de tous les employés sur le lieu de travail serait le meilleur scénario, mais comme il y a toujours des absences, l’employeur peut accorder des incitations sous forme de primes afin que les travailleurs soient motivés pour venir au travail tous les jours. Cette prime porte le nom de prime d’assiduité. Il s’agit d’une incitation permettant d’augmenter le taux d’assiduité des salariés en récompensant les salariés qui ont une excellente assiduité sur une période donnée. Ces primes sont généralement ajoutées directement aux salaires des employés et sont décidées individuellement par chaque entreprise. Voyons comment cela fonctionne.

Qu’est ce qu’une prime d’assiduité ?

La prime d’assiduité, également connue sous le nom de prime de présence, est un paiement versé aux employés par leur employeur dans le cadre de leur salaire pour récompenser une assiduité satisfaisante au travail. Bien que beaucoup diront que de tels paiements ne devraient pas être nécessaires car une assiduité satisfaisante est généralement une condition du contrat de travail, cela peut être un moyen utile de décourager l’absentéisme.

fonctionnement de la prime de présence

La prime d’assiduité est une rémunération supplémentaire accordée à un employé pour une assiduité complète ou maximale au travail. Elle peut être permanente ou périodique. Son but est de motiver les employés à ne pas abuser des congés de maladie. Par conséquent, l’employeur peut compter sur la minimisation des pénuries de personnel dans l’entreprise.

Les employés qui ont un dossier d’assiduité parfait ou presque parfait font preuve d’engagement envers leur travail et envers les entreprises pour lesquelles ils travaillent. Leur exemple peut inspirer l’ensemble de la main-d’œuvre et contribuer à élever la norme de l’entreprise pour les gestionnaires qui s’inquiètent de l’impact que la faible assiduité des employés peut avoir sur les résultats de l’entreprise.

Habituellement, la prime d’assiduité s’applique aux lieux de travail où le nombre d’employés n’est pas trop important et où la charge de travail (le plus souvent liée au service à la clientèle) est exceptionnellement élevée. La prime d’assiduité, qui est un type particulier de bonus, est un droit qui peut être utilisé par l’employeur. Par conséquent, il n’y a aucune obligation légale de l’introduire dans tous les lieux de travail. Celle-ci peut être ponctuelle, périodique ou permanente au choix de l’employeur. Dans de rares cas, les conventions collectives peuvent imposer le versement de cette prime.

Comment fonctionne la prime d’assiduité ?

L’indemnité de présence est incluse dans la catégorie des indemnités variables, car le fait qu’elles soient versées ou non dépend directement de la « performance » de l’employé (vous devez donc les gagner). Un subordonné qui remplit les conditions préalablement fixées reçoit une récompense pour ses succès. Cette prime se présente généralement sous forme financière, soit en pourcentage de votre salaire de base, soit comme un montant fixe. Le caractère variable de ce complément de salaire repose sur l’hypothèse évidente que plus la présence d’un salarié dans l’entreprise est fréquente, plus son efficacité est grande. Après tout, une assiduité à 100 % sur une période donnée représente plus de travail que dans le cas d’une assiduité à 70 % ou 80 %.

La question clé liée au paiement des éléments de rémunération optionnels réside dans les dispositions du règlement intérieur. Ils ne peuvent être discriminatoires et les critères déterminant le droit à une prime ne peuvent violer les normes du droit du travail. Ils doivent être clairement formulés en fonction des exigences et des qualifications du salarié. La prime est due au salarié dès que les critères sont remplis. Elle a alors un caractère de créance et le salarié peut réclamer son paiement devant le tribunal des prud’hommes.

La prime d’assiduité n’est en aucun cas réglementée par le Code du travail. Son attribution dépend de l’employeur et de la convention collective à laquelle appartient l’entreprise. Les informations sur les conditions de sa diffusion doivent figurer dans le règlement intérieur de l’entreprise ou sur le contrat de travail. La prime d’assiduité , si elle est décrite dans le règlement intérieur, devrait prévoir des conditions spécifiques à remplir, par exemple, les types d’absences ou le nombre de jours dont la survenance réduit le montant de l’indemnité. Les critères doivent être conçus de manière à ce qu’ils puissent être contrôlés.

Habituellement, vous ne pouvez obtenir qu’un bonus complet pour 100% de présence au travail au cours d’un mois donné. Beaucoup moins souvent, l’employeur permet aux employés qui n’étaient pas au travail pendant un certain nombre de jours de recevoir une prime. Cependant, il arrive très souvent que les salariés plus âgés ou occupants des postes importants du point de vue de l’entreprise reçoivent une prime plus élevée. Certains employeurs comptent également les heures supplémentaires dans le calcul de la prime d’assiduité. Si un employé a volontairement effectué des heures supplémentaires au cours d’un mois donné, il peut, par exemple, recevoir 105 ou 110 % de la valeur de la prime d’assiduité.

prime assiduité

Quel est le montant de la prime d’assiduité ?

L’indemnité de présence a pour but de motiver les salariés à éviter, par exemple, les congés à la demande, les congés sans solde ou les arrêts maladie sans réel besoin. Elle peut prendre diverses formes, selon les besoins de l’employeur. Elle est liée à la réduction du taux d’absentéisme, à la nécessité d’exécution de tâches ponctuelles ou à la sécurisation d’un effectif spécifique afin d’assurer la continuité des services. Il n’y a pas de montant légal. 

La prime d’assiduité est attribuée au salarié pour un nombre déterminé de jours travaillés dans une période de décompte donnée. Cependant, elle ne tient pas compte des congés acquis et des congés parentaux. L’attribution de la prime d’assiduité est régie par des règles précises énoncées dans le règlement des primes. Il est vrai que l’employeur peut adopter les règles de versement d’une telle prime et les modifier de temps à autre, mais en pratique, il est certainement préférable de créer des règles uniformes qui s’appliqueront pendant une période plus longue.

Les règles régissant la prime d’assiduité sont déterminées individuellement dans chaque lieu de travail. Cependant, il convient d’envisager d’introduire quelques solutions pratiques à ce sujet. La valeur de la prime d’assiduité devrait augmenter avec le temps de présence du salarié sur le lieu de travail. La prime de présence devrait être basée sur le taux d’absentéisme, qui ne peut pas dépasser un certain niveau (par exemple 2 % de jours ouvrables dans un mois ou sur une autre période de référence). Le montant de la prime d’assiduité devrait être proportionnellement dépendant de la fréquence des absences du travail. Plus l’absentéisme est important, plus l’indemnité sera faible.

Prime assiduité : quel calcul ?

Comment calculer le montant de l’indemnité de présence ? Vous devez prendre en compte le nombre de jours pendant lesquels l’employé était présent et le diviser par le nombre de jours pendant lesquels il devrait être présent au travail. Le chiffre obtenu à partir des calculs est utilisé pour calculer le montant de la prime dans n’importe quel intervalle de temps, tel que déterminé par l’employeur (mensuel, semestriel, trimestriel). Bien sûr, il convient de rappeler que les absences n’incluent pas les congés auxquels chaque employé a légalement droit. L’absence est tout ce qui concerne les congés de maladie, les soins à un enfant ou à un membre de la famille, la rééducation, etc. Comme dit plus haut, aucune loi n’impose une règle de calcul. Tout est à la discrétion de l’employeur. La seule règle est qu’il ne doit pas y avoir de discrimination.

Le montant de la prime peut être fixée et la prime reçue par chaque travailleur dépendra de sont taux d’absentéisme. La prime peut également calculée en fonction d’un pourcentage du salaire et du taux d’absentéisme. La prime peut également évoluer au fil du temps en fonction de la constance du travailleur au travail. Un seuil de présence peut également être fixé. Les travailleurs qui sont au dessus reçoivent la prime. Ceux qui sont en dessous ne perçoivent pas de prime.

Exemple de calcul d’une prime de présence

Une entreprise a introduit une indemnité de présence. Les règles de versement de l’indemnité supposent une augmentation progressive de l’indemnité dans le cas où l’assiduité du salarié est de 100 % dans les mois suivants. Au cours du premier mois de présence complète, l’employé recevra le montant de 300 €. Si au cours du deuxième mois de travail, il n’est pas non plus malade, il recevra une allocation de 400 €. Et s’il n’y a pas non plus de congé de maladie au cours du troisième mois, l’allocation est de 500 € et restera à ce niveau chaque mois suivant sans congé de maladie. Lorsqu’un employé reçoit un congé de maladie, il perd le droit à l’indemnité et doit recommencer le processus depuis le début. 

calcul de la prime assiduité

Comment prouver le paiement de la prime d’assiduité ?

Le fait que la mention « prime d’assiduité » apparaît sur le bulletin de salaire n’est pas suffisant pour prouver que l’employeur verse cette prime à ses salariés. L’employeur doit mettre au point une formalité spécifique pour exiger de l’employé qu’il confirme la réception de cette prime. Ce dernier peut écrire une note pour indiquer qu’il a reçu ladite prime ou il doit émarger sur une liste pour indiquer qu’il a reçu la prime d’assiduité.

La prime d’assiduité est-elle imposable ?

La prime de présence compte dans les cotisations et les prélèvements sociaux. Elle entre également dans le calcul de l’impôt sur le revenu. Elle est même incluse dans les prélèvements à la source. C’est la raison pour laquelle l’employeur doit démontrer au fisc qu’il verse une telle prime à ses employés. 

Quelles alternatives à la prime d’assiduité ?

Il existe des moyens alternatifs pour encourager l’assiduité au travail en dehors de la prime d’assiduité. Il s’agit, entre autres, de :

  • Plaques commémoratives ou certificats de mérite ;
  • Augmentations de salaire ;
  • Pauses déjeuner plus longue pour les employés ponctuels ;
  • Jours de congé payé ;
  • Evénements spéciaux hors site ; 
  • Cadeaux spéciaux ;
  • Postes de leadership ou responsabilité professionnelle accrue ;
  • Option de troc de présence où les employés peuvent échanger leurs jours de maladie non utilisés contre de l’argent, des cadeaux ou des congés payés.