Gestion humaine : comment gérer un conflit au travail ?

​Les con​​flits au travail sont inévitables. Chacun de nous les a vécus au moins une fois dans sa carrière professionnelle. Ils surgissent pour de nombreuses raisons : simple incompréhension, rivalité, avis contradictoires. Parfois la raison d’une dispute est une mauvaise organisation du travail de groupe ou un manque de communication. Mais comment gérer un conflit au travail ? La chose la plus importante dans la résolution des conflits est de rechercher la cause. Ce n’est qu’ainsi que la querelle pourra être entièrement résolue. Tout désaccord peut être résolu par la communication, l’utilisation d’arguments logiques et le contrôle des émotions. Parfois, il sera nécessaire de recourir à un médiateur, un tiers qui abordera le conflit de manière impartiale. Il s’agit d’une solution délicate, mais nécessaire dans certains litiges.

Quels sont les 4 types de conflits ?

Selon les causes, on distingue les conflits :

  • relationnels,
  • d’informations,
  • d’intérêts,
  • sur les ressources.
Les 4 types de conflits au travail

Les conflits relationnels

Ils surviennent en raison de la détérioration de la relation entre deux collègues ou membres de l’entreprise. Ils proviennent très souvent d’une mauvaise communication.

Les conflits d’informations

Ils trouvent généralement leur origine du fait de la circulation de rumeurs ou de fausses informations.

Les conflits d’intérêts

L’origine de ces problèmes est que certains membres de l’entreprise pensent que les intérêts des autres sont favorisés au détriment des leurs.

Les conflits sur les ressources

Les ressources d’une entreprise sont limitées et il y a des occasions où deux ou plusieurs membres d’une organisation voudront les utiliser. Le conflit survient lorsqu’une des parties ne peut pas effectuer son travail en temps opportun parce qu’une autre personne utilise les ressources dont elle a besoin.

Pourquoi est-il important de savoir régler un confit au travail ?

Des bénéfices

Les conflits dans l’entreprise, contrairement à ce que l’on pense, peuvent être une bonne opportunité d’apprentissage et d’amélioration. Dans certains cas, ils permettent d’encourager la créativité, l’innovation et la réflexion, notamment pour savoir comment gérer un conflit au travail. 

Mais que d’effets négatifs à éviter !

Lorsque les conflits en entreprise ne sont pas gérés en temps opportun et qu’on les laisse persister dans le temps, les risques psychosociaux commencent à apparaître comme des effets négatifs qui peuvent affecter non seulement la culture de travail et la productivité de l’entreprise, mais surtout la santé des travailleurs directement impliqué dans le conflit.

Lorsque les conflits au travail ne sont pas résolus correctement et à temps, ils peuvent générer un déséquilibre dans les relations de travail, voire causer des dommages physiques et psychologiques à la santé des travailleurs. Par conséquent, les conflits de travail peuvent donner lieu à des risques psychosociaux plus graves tels que la violence et le harcèlement au travail.

Effets négatifs des conflits sur la santé des travailleurs

Parmi les effets négatifs les plus marquants, figurent les effets :

  • physiques : stress, hypertension, troubles digestifs, anxiété, irritabilité, tension, etc.;
  • psychologiques : maladie mentale, dépression, frustration, manque de motivation, faible estime de soi;
  • comportementaux : agressivité, isolement, abus de substances psychoactives.

Prévenir ces effets sur la santé des travailleurs est possible, tant que les entreprises mettent en place des protocoles et des outils de prévention et de résolution des conflits qui fonctionnent en permanence et qui sont constamment mis à jour, à mesure que la dynamique de travail change.

L’identification opportune du conflit de travail, compte tenu de ses causes, ouvre la voie à son intervention, évitant des conséquences négatives pour les parties impliquées et le climat organisationnel.

Les conflits au travail aggravent l’environnement de travail

C’est une source de rancunes, de rumeurs et, finalement, d’hostilité entre les parties concernées. En cas de conflit, il est difficile pour les gens de s’impliquer dans le projet, car les conflits continus limitent la liberté des travailleurs et l’efficacité du groupe.

Les conflits réduisent la productivité

Le temps et l’énergie que l’entreprise ou ses travailleurs consacrent à résoudre les conflits empêchent de concentrer les efforts sur ce qui est vraiment important, à savoir l’obtention de résultats. Les conflits provoquent le non-conformisme, l’ennui, le stress, l’anxiété et, dans les cas les plus graves, la dépression. La conséquence en est une augmentation de l’absentéisme et de la rotation du personnel.

comment gérer un conflit au travail

Les différentes étapes pour résoudre un conflit au travail

Comprendre le conflit

C’est là que vous devez commencer avant de recourir à toute action pour résoudre le conflit. Le gestionnaire, le chef d’équipe ou la personne qui a pris la responsabilité de résoudre la situation doit se pencher sur la cause du différend. Ce n’est qu’après une discussion approfondie du problème avec les autres membres de l’équipe que le processus de résolution des conflits peuvent être planifié. Restez à jour et apprenez tout ce que vous pouvez sur le contexte de la situation. Déterminez la nature du conflit. 

Ecouter ses salariés

avant d’agir sur le conflit, il est important que vous écoutiez ouvertement les deux côtés de l’histoire. N’oubliez pas que plus vous avez d’informations, meilleures sont les décisions que vous pouvez prendre.

Il est essentiel d’accorder toute votre attention à la personne qui parle et de ne pas l’interrompre ou de permettre à d’autres personnes impliquées de le faire. En tant que dirigeant, vous devez vous assurer de bien recevoir les messages que vos collaborateurs souhaitent faire passer. il est donc conseillé de répéter et reformuler, si nécessaire, ce qui a été entendu pour mieux comprendre les arguments.

Posez des questions de clarification, si nécessaire, et passez en revue les idées centrales pour comprendre les frustrations de chaque collaborateur. Savoir écouter est une pratique vitale pour le succès de tout processus de résolution de conflit de travail. c’est pourquoi vous devez être attentif, encourager le respect dans la conversation et peser les arguments pour prendre la meilleure décision.

Provoquer une discussion rapidement

Après avoir identifié le problème, un moment et un lieu appropriés doivent être établis pour parler aussi longtemps qu’il le faudra pour trouver une solution sans interruption extérieure. N’oubliez pas que ce n’est pas le moment de permettre des attaques ou des reproches. Les personnes impliquées doivent se concentrer sur le problème, et non sur leurs opinions sur les autres.

Lorsque vous vous rencontrez, chaque personne doit avoir suffisamment de temps pour dire ce qu’elle pense que l’autre partie a besoin d’entendre. En tant que leader, vous ne devez permettre à personne de monopoliser la conversation ou de contrôler le sujet. Toutes les personnes impliquées devraient parler de leurs désaccords et de ce qu’elles pensent de la situation.

Le chef des personnes impliquées devrait toujours arbitrer les conflits de travail pour fournir des conseils et trouver une solution plus rapide et plus réfléchie. Vous ne devez jamais prendre parti pour l’un de vos collaborateurs et vous devez comprendre que vous n’êtes impliqué dans la situation que pour les aider à résoudre le problème.

Le leader doit guider la conversation et, si les esprits s’emballent, il doit rediriger le sujet afin que ses collaborateurs puissent se recentrer sur la vraie différence. Lorsque vous trouvez la solution qui profite à toutes les parties, vous devez mettre en évidence les aspects positifs du processus et suggérer les actions recommandées à prendre après la réunion.

Trouver une solution

La conversation portera toujours principalement sur les désaccords, mais la résolution n’est possible que lorsque des points d’accord existants sont trouvés. Ceci est réalisé en prenant également en compte les aspects positifs au lieu des seuls aspects négatifs. La recherche d’un accord démontre une volonté de trouver un terrain d’entente et de construire une relation autour de cette confiance.

Pour trouver ces accords, en tant que leader, vous pouvez partager des expériences précédentes et expliquer vos points de vue afin que les personnes impliquées puissent élargir leur perspective. Par exemple, si vous n’êtes pas d’accord avec la nouvelle stratégie de vente, vous pouvez, par exemple, partager ce que vous avez aimé dans la précédente

Valoriser les succès et les compétences professionnelles

Être neutre et impartial n’est pas la tâche la plus facile, surtout lorsqu’il s’agit de conflits entre collègues. Dans ce genre de situation, nous avons naturellement tendance à défendre le côté le plus proche de nos opinions. Par conséquent, un bon leader doit avoir la capacité de dissocier ses expériences et ses préjugés personnels, pour ne pas les laisser influencer les cas particuliers qu’il rencontrera dans l’entreprise.

En ce sens, il est essentiel d’entendre l’avis de tous les acteurs concernés sans faire de distinctions, de jugements de valeur ou de préférences révélatrices. En outre, il est crucial de préciser que l’entreprise ne peut pas subir de pertes à la suite d’hostilités et d’affrontements interpersonnels, quels qu’ils soient. Au contraire : utilisez des opinions divergentes pour évaluer les points qui doivent être changés dans l’entreprise afin d’éviter la stagnation.

L’opinion des employés peut être un atout entre les mains d’un gestionnaire qui sait s’en servir. Les conflits mettent en évidence des problèmes que l’organisation peut améliorer ou travailler pour créer une entreprise de plus en plus meilleure. Si des bagarres ont lieu pour des raisons religieuses, par exemple, que diriez-vous de valoriser les succès et les compétences professionnelles ? Pour arriver à de telles solutions, le leadership ne peut pas se comporter de manière non professionnelle.

Comment bien gérer un conflit au travail

Importance des compétences en matière de résolution des conflits en milieu de travail

Les conflits en entreprise dégradent les conditions de travail

Les conflits sur le lieu de travail affectent négativement les relations au sein de l’équipe et la productivité. Ils enlèvent du temps et des efforts qui peuvent être consacrés à des choses plus importantes.

Si les employés sont impliqués dans un conflit, ils ont tendance à perdre leur concentration. Ils mettent toute leur énergie à se battre et, par conséquent, les objectifs de l’organisation restent flous.

Les conflits entraînent également un manque de respect et des tensions inutiles au sein de l’équipe. Lorsque les employés parlent mal les uns des autres, cela perturbe l’atmosphère positive au sein de l’organisation et empêche tout le monde de travailler.

Quels que soient les types de conflits en milieu de travail, les ignorer et espérer qu’ils disparaissent peut coûter cher à une entreprise

Les dirigeants passent beaucoup de temps à écouter les plaintes des gens. Il y a une perte de productivité car les gens passent plus de temps à se soucier des conflits que des objectifs organisationnels.

Si vous êtes impliqué dans un conflit, vous êtes plus susceptible de vous sentir insatisfait, frustré et plein de ressentiment. Malheureusement, la plupart des gens ne sont pas en mesure de laisser ces sentiments au travail. Par conséquent, les proches souffrent également de situations conflictuelles.

Dans toute entreprise, il y aura des employés qui ne s’entendent pas de temps en temps. En raison de différences de personnalité, de mode de vie, d’opinions ou d’autres facteurs, les employés ne peuvent parfois tout simplement pas travailler en équipe. Et quand il y a désaccord sur le lieu de travail, cela affecte tout le monde.

D’où l’importance d’avoir des compétences en résolution de conflit en entreprise

Les dirigeants doivent donc posséder des capacités réelles à gérer les conflits. La résolution constructive des conflits entre les employés peut conduire à une saine concurrence, à l’amélioration des processus, à l’innovation et à une créativité accrue.